Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2006

Pierre-Percée : enfin !

"Pierre-Percée, c'est la bredouille" : le slogan est bien connu et s'est déjà maintes fois vérifié. Soyons humble et réaliste, la richesse des lieux n'a à mon avis rien à voir la dedans. C'est plutôt dans la période, les postes, l'approche et les choix tactiques qui nous ont inévitablement expédié le putois dans le c...

Mais, ce 30 septembre au matin, c'est les yeux grands ouverts que je me suis réveillé. Animé par un préssentiment fort, j'étais déjà tout excité : nous allions faire du poisson, sans aucun doute. Pour Frankes, qui allait me rejoindre vers 13h à la maison, ce sentiment fort était identique. Une intuition...

medium_PP_Magic_Morning_2_.JPG
13h30 : le Wha1 est à l'eau. A la mise à l'eau déjà un banc compact de petites ablettes se fait assaillir par des perches. C'est sporatique, mais ça suffit à nous remonter comme des horloges comtois ! Autour de nous sur ce secteur en pente douce, les manifestations de blancs sont omniprésentes. ça pue le fish à plein nez ! Franck attaque au RS225 et moi au b'freeze 78. En moins de 10 minutes, déjà plusieurs jolies perches suivent le cranck de Frankes. ça promet ! En arrivant en bordure d'un haut-fond, mon b'freeze est intercepté. Je prend le contact sans appuyer le ferrage pour ne pas perdre ce que je pense être une belle perche. Mais c'est un beau brochet tout gras qui se convulse à l'autre bout de la ligne. Un rush, il part sous le bateau, et toc : décroché. Il n'a eu le sagouin !

Changement de berge et de tactique : on va aller voir les berges plus abruptes où les enchevètrements de grands sapins rappellent la tempête de 99. Spinner et crancks, c'est parti ! Aux abords du plus grands des arbres tombés, une perche attaque mon spinner. Zut, rapé, je continue en alternant descente planante et récupération rapide. Pok ! Un brochet d'environ 50 saisit mon leurre. Extirpé de force de ce chao végétal, il se décrochera au bateau. Mais il y a des perches, on repassera ! La dérive continue, quelques perches tapent nos spinners sans s'y pendre. Un petit broc lui s'y accrochera !
medium_PP_091006_1_.JPG

On continue notre prospection : grande cassures, falaises, blocs rocheux en profondeurs sans succès. Les postes semblent vides. Soit, très bien, allons revoir nos perches ! Retour à l'arbre à perche et ni une ni deux Franck se retrouve avec un gros bancs montant derrière la zébrée pendue à son RS225. Dans l'excitation, je n'arrive pas à concritiser le doublé. Franck, en attendant que je passe mon leurre dans la fournaise du banc, décroche plusieurs poissons. Elles sont calées. Retour à la plage, il refait un belle perche. Le soleil décline, il est l'heure de rentrer. Sauf qu'au moment de partir, la voiture ne veut plus démarrer , il est 20h, il fait nuit, nous sommes loin de tout et le téléphone ne passe pas ! C'est là qu'on est content d'avoir une batterie pour le moteur électrique...

Après une bonne petite bouffe, je remonte les cannes pour le matin. A la place du plomb palette, je monte un Storm Finess minnow monté sur un lip weight 10g afin de pouvoir le twitcher ou le dandiner efficacement, le tout agrémenté d'un autre Finess minnow en potence.

Dimanche 1er octobre, 7h00, le Wha1 est à l'eau, le jour est en train de se lever. Je fais 20 mètres avec le moteur et commence à brancher l'échosondeur. Franck, lui, lance son RS225 : "elles sont derrière, pêche, vite, elles sont derrière". Je lance le fameux montage devant la barque, prend contact : boom, elle est dessus. Franck a relancé quand mon poisson monte au bateau. Les captures s'enchainent. Je fais même un doublé. Puis plus rien, l'excitation est retombée, nous ne retrouveront pas le banc. Il y a 7 belles perches dans le bateau, la journée commence bien ! On prospecte toute la pente douce à la recherche d'un banc de zébrée, mais c'est un brochet de le RS de Franck trouvera.medium_PP_011006_3_.JPG

Retour à l'arbre à perche, mais ces demoiselles ne semblent pas matinales. Une seule plus curieuse que les autres suit mon spinner destiné aux brochets. ça ne fait aucun doute, elles sont là. Tant pis, on repassera plus tard. On continue la prospection du fond de cette anse, quelques perches suivent les spinners mais aucune ne veut de nos crancks ni de nos LS. On part donc explorer le lac plus loin. Gros contraste avec l'anse d'où on vient, dans l'eau cristalline, il ne semble pas y avoir de vie. Même pas un brocheton en fond d'anse. Rien ! On se met à la cherche d'une berge abrupte où les arbres auraient été couchés par la tempête. La veille, sur des postes similaires on avait trouvé quelques poissons. Franck devant au cranck, moi derrière au spinner, c'est reparti pour l'exploration ! Enfin Franck lance un "elles sont derrière" comme j'attendait depuis la fin de l'euphorie matinale. Je jète la canne casting, empoigne la Pezon avec le montage tandem : poom, poom, c'est le doublé...puis plus rien. La prospection recommence, infructueuse.

medium_PP_011006_18_.JPG


Retour au point de départ. Franck nous gratifie encore d'une jolie perche au cranck sur les plages. 11h passé, il est temps d'aller revoir l'arbre à perches. Arrivé à bonne distance, mon tandem touche l'eau, je le laisse un peu prendre de profondeur, contact, coup de scion et... touche. Elle se défend comme une diablesse. Non, en fait, elles se défendent comme des diablesses car elles sont deux. Evidemment, Franck est lui aussi pendu. On se replace et rebelote 3 perches à nouveau. Puis plus rien. Par acquis de conscience, on fouille le tas d'arbres au jig. En récupérant pour relancer, un petit brochet sort du tas et suit la touffe de silicone. Je repose immédiatement, le nylon tressaute. Ferrage, il est pendu.

Il est déjà midi l'heure de rentrer...

Nous sommes contents : 14 jolies perches et le sentiment d'avoir vécu enfin une partie de pêche réussi dans ce cadre si dépaysant.

Les commentaires sont fermés.