Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2011

Week end presque parfait ...

Le week end dernier, je me suis expatrié dans la verdure de la presque Corrèze, au programme, du bon temps avec les amis, de la pêche à la mouche, du grand air, du calme et de la contemplation pour se ressourcer.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

Premier jour nous arrivons au bord de la Dordogne après un voyage sous le signe de la vitre de bagnol en mode manuel après une casse de moteur de vitre que je venais de changer il y a 3 jours … La rivière est somptueuse et quelques gobage intermittents viennent perçer la surface entre deux rafales de vent, un peu plus tard une maxi éclosion de sedges me laisse dubitatif. Retour chez Grégoire en presque Corrèze et nous attaquons l’apéro très rapidement, trop rapidement … Au milieu de la nuit nous tentons de monter quelques mouches mais la vision en triple nous fait jeter l’éponge.

 Premier matin, le cerveau pèse lourd et pourtant je monte quelques mouches en prévision, tout en me régalant des produits locaux, bon pain et confiture presque maison. Départ de la maison tôt dans l’après midi et nous rejoignons Max sur la Dordogne, manque de bol le vent viens anéantir nos espoirs de pêche et heureseument que j'avais préparé ma boite de leurres avec des new hameçons tout piquants et tout brillants, merci  à Cyril au passage.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Le spot est somptueux et me donne presque envi de pêcher en nymphe, et pourtant je vais descendre la rivière avec ma chérie  en mode Fly man avec un wadder sans feutrine ni clou sur des gros galets très glissants. Un peu plus loin j’enjambe deux gros blocs, l’un des deux se dérobe et je chute lourdement entre les deux !!! J’aurai pu presque me tuer mais je m’en sors avec un wadder déchiré et un genou en vrac. Au final je ne verrai rien d’autre qu’un décor à couper le souffle avec des cingles plongeur de la taille d'une poule et une rivière à gros potentiel. Max fera sa petite truite et nous partirons boire un coup au bord e la Dordogne en attendant que le vent tombe.

Une petite heure et quelques bières plus tard nous partons faire un coup du soir car le vent est presque tombé et nous laisse entrevoir une possibilité de présenter une mouche à un poisson.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Le coup du soir va se résumer à un gobage toutes les demies heures, malgré notre guili qui tentera toutes les incantations imaginables. On fini la soirée à bouffer des tonnes de sedges dans la tronche et Grégoire va piquer un fish mais malheureusement pas une truite mais un ombré qui n’est visiblement pas au courant que ces potes font une maxi partouze un peu plus bas. J’arriverai enfin à présenter ma mouche à un poisson qui était presque posté, premier lancer, premier ferrage, première truite, presque visible sans une loupe… Une fois de retour à la maison, nous attaquons une très belle soirée en attendant le second Guili Julien, en route entre l’Ardèche et la presque Corrèze.

 Le lendemain, le réveil est toujours aussi dur et nous partons tardivement sur la Dordogne tenter de prendre un peu de fish. Sur place les conditions ont très peu changées, des poissons sortent et se poste de très cours instants, la patience est de mise et pour la première fois de ma vie on (Grégoire) va me dire que je suis trop patient et qu’il ne faut pas attendre, quand un poisson sort il faut se positionner au plus vite et le tenter en lui présentant à la perfection sa mouche.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 La première demi-journée va se résumer à trois hérons frustrés, plantés au milieu de la rivière attendant un gobage que je finirai par réussir à prendre avec une petite oreille de lièvre, manque de bol ce n'est toujours pas une truite mais un petit tacon. Changement de spot, une grosse pluie viens booster l’activité des poissons et le travail du guide fera une fois de plus toute la différence puisqu’il nous permettra de nous positionner d’avance au bon endroit sans quoi nous nous saurions noyé deux ou trois fois sans jamais réussir à atteindre la zone. Je vais me jouer la vie pendant près d’une heure à me positionner sur un poisson presque posté qui gobais toute les 15 minutes, heureusement pour moi Grégoire va me donner la solution et je vais réussir à faire monter et à prendre ce poisson qui va s’avérer être un ombré.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Le guili va prendre ensuite les commandes et faire presque une truite qui se décrochera, avant de piquer un autre poisson bien plus petit.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Julien quand à lui s’arrachera les cheveux sur des gobages suspects qui ressemble presque à des ombres abstinants. Retour au bercail et après un petit repas de midi pris à 17h, je chauffe Julien et le Guili pour un petit tour sur un mini ruisseau histoire de passer ma frustration sur les petites truites de ruisseaux. Au bout d’une heure de pêche, l’AREA Spinner a fait son boulot et je fais quelques mini poissons certes, mais quel pieds de pêcher sur de tel spot, décidément la pêche en ruisseau reste encore et toujours le keef ultime pour un pêcheur aux leurres. En effet en ruisseau la précision et la lecture du spot sont récompensé cash.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Après une petite heure nous rentrons pour une soirée terroir à manger des produits presque régionaux, vin et salade d’Ardèche, agneaux de la ferme des parents à Carole et crevettes pour moi.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Lendemain, réveil de plus en plus difficile, nous partons sans déjeuner en direction de gorges moins accessibles pour tenter une session leurres. Sur le chemin je manque de peu de retapisser la caisse de Grégoire et les organismes payent les soirées presque trop arrosées, les jambes sont faibles et les mains tremblent. Le spot est d’une beauté à couper le souffle mais malheureusement les poissons sont toujours aussi absents mais ça se comprends un peu, les rivières ont atteints leur niveau d’étiage avant même que les vairons soit sortis, je pense que les truites sont presque aussi paumés que nous.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

Nous redescendons ensuite plus bas sur un No kill armé d’une petite canne en 6’’9 soie naturelle que Julien m’a prêté, et nous allons finir la journée en pêchant avec une canne pour deux.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truitelfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

Quelques petits poissons vont jouer le jeu et nous allons nous éclater en pêcher les trois ensemble à tenter les poissons chacun notre tour, julien va continuer ses ferrages ardéchois à deux de tentions une heure après le gobage. Il finira par masteriser sur deux veines d’eau alors que Grégoire et moi avons déjà rangé nos cannes.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 lfj,julien rochette,gregoire ribert,truitelfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Je fini la journée avec une seul mini truite, derrière le guili bien plus régulié que moi alors que Julien nous donne une belle leçon de pêche. Nous rentrons fatigués à la maison avant un transfert chez Max pour une soirée jacuzzi et toujours produits presque du terroir avec omelettes de cèpes, asperges sauvages, magret et foie gras maison, salade d’Ardèche, et crevette toujours !!!

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Dernière journée nous montons pêcher dans le presque lot sur une somptueuses rivière et décidément c’est de plus en plus beau.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Julien masterise en nymphe et moi je me joue la vie en seiche. L’orage vient nous faire changer de spot et Max décroche de jolis poissons aux leurres et n’arrivera à faire qu’une ou deux petite truites. Pour ma part je trouve enfin mon bonheur sur quelques poissons en sèche alors que Julien masterise au sedge Pascal et en nymphe.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Le week end se termine donc plutôt bien avec quelques poissons bien rondouillets, nous rentrons ensuite chez Max pour un dernier casse croute avant de reprendre la route du retour.

lfj,julien rochette,gregoire ribert,truite

 Voici encore un MAGNIFIQUE week end entre amis qui se termine et une fois de plus je me charge d’images somptueuses et d’énergie positive, MERCI à vous tous pour votre accueil aussi chaleureux.

Un grand MERCI quand même pour Carole et notre guide du week end  Grégoire RIBERT qui à eux la gentillesse et la patience de me supporter et de mettre tout en œuvre pour nous faire prendre du poisson alors que les conditions ne le permettais pas.

Si vous cherchez un guide nature et très pro sur la Dordogne n’hésitez pas à le contacter de ma part, vous serrez reçu comme des princes.

 A plouch

Tias

Ps: Pour ceux qui regarde que les photos sans lire ou qui n'ont pas vu les dizaines de liens dans le texte voici les links des sites de nos amis, cliquez sur les nom pour accèder directement à leur page web perso.

Gregoire RIBERT guide de pêche en Corrèze

Julien Rochette guide pêche en Ardèche

Max Custom pêche

Commentaires

ça fait envie la Dordogne et ses ombres, depuis ma lointaine Guadeloupe. merci pour ce petit voyage.
A PLUS
PATRICE

Écrit par : patrice fournier | 28/04/2011

Merci pour ces belles photos et pour les nouvelles de notre ami Juju, ça fait plaisir de voir sa tête :-)
Du côté des deux strasbourgeois, c'était plutôt les berges du lac de Lugano en mode sioux-camping...
Et qu'est-ce-que c'est bon la vie dehors ! Portez-vous bien !

Écrit par : Céline | 30/04/2011

Faya mon pote ! Les spots sont magnifiques ! Pour les autres lascars, j'imagine déjà l'ambiance au top et je me mords les doigts de n'être pas venu...
A bientôt massiv'

Irie

Écrit par : Irie | 02/05/2011

yo Mec,

tu sais encore pêcher à la mouche.....


Ken

Écrit par : ken from elsass | 09/05/2011

Les commentaires sont fermés.