Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2009

Hourtin 2009 : The magic Arnaud

Cela faisais un moment que je pré fishais Hourtin en vu de cette compétition et à dire vrai j'avais une grosse pression sur les épaules car pas mal de monde attendais de voir ce que l'on allais faire.

Mes  pré fishing m'avais permis d'isoler un grand nombre de stratégies gagnante et c'était bien sa le problème, laquelle choisir ?

Le souci à Hourtin ce n'est pas de prendre son quota mais plutôt comment faire le fish en plus ?

P1010661.JPG

 

Lire la suite

25/06/2009

seasons mag Juin 2009

Voici un petit extrait du seasons magazine qui a été diffusé au début du moi de juin.
Merci à Cédric Lemarié et à Guillaume Desenfant pour leur professionnalisme et leur bonne humeur mais aussi et surtout à Christian et à André pour leur accueil décidement toutjours aussi chaleureux.
Bon visionnage,
Tias







09:30 Publié dans Vidéo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lfj, seasons, hourtins

14/10/2008

Predator Game !!!!

Comme dis, nous voilà donc réunis dans la taverne pour un petit apéro entre compétition team.
Les vannes fuses dans tous les sens et pour dire vrai je ne me souviens plus trop des discussions abordés mais je pense bien qu’on devais parler de cul, de pêche et de cul.
Au courant de la soirée nous rejoigne le criquet qui en profite pour embrasser le David, s’en suis ensuite un enchaînement de vannes pourri.
Pour finir le Tangus et JC arrive enfin au gîte, et l’ami Guillaume est resté planté avec le nitro au milieu de la campagne (ah les joies de l’électronique sur les voiture modernes), du coup Greg cède sa place à Tangus et voilà le duo MOLIX reformé.
Lendemain matin le réveil est tendu, j’ai les dents du fond qui baignent encore et je ne comprends pas mais les 2 heures de sommeil ne m’ont pas suffis …
On part dans les derniers vers la mise à l’eau et on se rend compte une fois sur place que j’ai oublié le fluoro et les cosses de la batterie !!!!
Nous voilà donc repartis au gîte pour récupérer sa en speed, on met vite à l’eau et on trace à fond en direction de l’autre rive du lac où à lieu le départ.

IMGP0387.JPG


Une fois sur place, le brief se fait super rapidement et j’apprends que la zone que j’avais repérée en pré fishing est fermée !!!!
Le brief se termine et on aperçois le ranger de Laurent et la barcasse des HPA boys dériver au loin (quel idée de s’attacher à une barque qui est elle-même attaché à une autre qui elle-même pensais être attaché au ponton …)
Le départ est ensuite donné avant même que je puisse monter mes cannes, on part donc a fond sur la zone que j’avais repéré et pierro se met en pêche alors que moi je continu à monter mes cannes.
Peu de temps après je me rends vite compte que les fish ont quittés les roselières, en effets l’eau a perdu 3° depuis mardi dernier et le vent commence à se lever.
On prend donc la route pour rejoindre une hanse abritée ou j’avais repéré pas mal de blanc cette semaine.
En cours de route j’aperçois des bouées jaunes …
Question de pierro : est ce que c’est la fin de la zone de pêche ?
Conclusion de Tias : Mais non ils ont dis que y’aurai un juge.
On se met donc en pêche et dans les 5 minutes arrive un bateau, il s’agit du juge qui nous dit qu’il était en train de discuter avec un autre pêcheur et que nous sommes hors zone.
Génial !!! Nous voilà donc repartis avec un gros handicape, on pense avoir une pénalité de 2000 points, sa nous sape un peu le moral mais on reste motivé.
Une demi heure plus tard alors que les bateaux autour de nous rentrent un peu de fish, je passe en mode shad en linéaire.
Je balance mon shad sur le cassant et dans la descente me voilà intercepté, je ferre sans conviction et me voilà tanqué.
Je force comme une brute et pense d’abord décoller une souche du fond, mais voilà que la souche met de lourd coup de tête et prend le large tranquillement.
Mon taux d’adrénaline monte au maximum, je comprends vite qu’il s’agit soit d’un sandre énorme soit d’un bec, je tente de contenir comme je peux papa ours mais ce dernier part en promenade.
Soudain, plus rien, je viens de perdre mon fish, je lâche alors un cris de rage !!!!
Je tenais le poisson qui nous aurait permis d’aller boire l’apéro et je l’ai perdu …
Après inspection du shad, on comprend vite qu’il s’agissait sûrement d’un gros sandre et au vu du combat il devait bien faire ces 10 kg.
Je reste tremblant pendant une bonne heure et me rassure en disant qu’il s’agissais d’une carpe (ouais une carpe qui aurais pris mon shad à la descente par le dos…).
Le temps continu de s’écouler et le vent forci encore et aucune touche, le moral est au plus bas quand nous rejoignons le port près du départ.
Arrivé sur place l’espoir rené, un beau petit port nous attends et il n’y pas de vent et pas grand monde dedans, apparemment …
On s’engage donc et au fur à mesure qu’on avance on vois des bateau se découvrir, il y’a 4 bateaux.
Vu qu’il ne reste plus qu’une heure, on opte pour une prospection à la Tangus en mode T1000 à la poursuite de Sara Connors.
Rapidement on prend deux bass, un de 28 et un de 29, les nerfs commence à monter.
On refais un second passage et on prends un bec de 49 et pour couronner le tout pierro décroche un jolie bec de 80 bon centimètres …
Je suis au bord de la crise de nerfs et bien dégoutté, on croise les deux amis lorrains et on leur indique le fond du port pour que Stephane réussissent enfin à prendre son premier bass.
On persiste et l’entêtement fini par payer, je prends un bass de 32 cm, ouf !!! On est plus capots.
Juste derrière nous Stephane est attelé sauf qu’au lieu de prendre un petit bass voilà que la salop nous tape un bec de 80 cm juste derrière nous !!!
On retente encore et encore de faire bouger le bec de 80 cm mais il ne bouge plus, la manche se termine donc là-dessus.

IMGP0407.JPG


On tente de faire peser mais le vent et les déferlantes nous empêchent d’accéder au ponton ; dans l’action je tape le ponton avec le moteur et en remettant les gaz je me prends dans un cordage.
Pour couronner le tout je racle le fond avec l’hélice sur 10 mètre, là s’en est trop je perd mes moyens et dans l’énervement c’est le par brise qui prends.
On balance les fish sans peser et on prend la direction du port pour sortir le boat, je suis dég et mon partenaire aussi, on sort le boat sans parler et le téléphone sonne …
C’est Numa, je l’enchaine directement sans le laisser parler et il m’interrompe pour me dire qu’il ne parlais pas de la pesé mais de la pêche hors zone.
Il m’apprends que nous sommes disqualifié, je craque et le regard de pierro noirci, je suis à bout et écourte très rapidement la conversation.
On est écoeuré, tout ces efforts pour rien …
Après une bonne heure à s’énerver, la pression redescend et Numa me rappelle pour nous préciser que nous ne sommes disqualifié que pour cette manche.
Du coup on se ressaisi et on décide de rester malgré tout, au moins pour passer un bon moment avec les potes.
Après une bonne douche je vois Greg qui viens nous saluer et qui nous invite à prendre l’apéro dans le gîte à David.
Arrivé sur place l’ambiance est déjà survolté, je rejoins donc vite le mouvement et commence à faire le con avec le reste de la bande.
Pour une fois en compétition, on ne parle pas de pêche et la soirée se poursuit avec des air de remake des bronzés.
On mange tous au resto et Arnaud et son groupe nous offre un super concert, Greg tombe vite le t tshirt et le criquet se transforme en vrai groupille.

IMGP0377.JPG

 

IMGP0383.JPG


La soirée bas son plein et on se retrouve tous dans une soirée étudiante sans vraiment savoir comment ni pourquoi…
Au final je me souviens juste avoir fini la soirée avec sur les épaules un tshirt de Sub de Co Amiens 2008 en taille S et Numa qui m’a fait faux bon pour aller se coucher.
Hugues quand a lui a fait la fermeture et c’est couché une demi heure après moi …
Je me lève après avoir fermé les yeux 30 petites minutes, au réveil je me rends compte que la terre tourne encore beaucoup, je commence à brailler comme un fou dans le camping pour réveiller David qui est train de faire un concours de gerbe avec greg.
En chargeant les affaires dans le boat je vois que le gîte du criquet est barricadé de galette de vomis, apparemment je ne serai pas le seul à avoir mal aux cheveux.
On met à l’eau et on rejoins le briefing non sans mal car le vent transforme la traversé en série de trampoline.
Sur place les organisateurs hésitent pour annuler la manche, finalement la pesé est déplacé, le départ reporté et la zone nord est ouverte …
Je reprends espoir et quelques verres d’eau alors que l’équipe de Hugues et David se dope au paracétamol.
Sur la ligne de départ Hugues rempli le bateau de Tangus et JC en trimant le moteur, ce qui a pour conséquence de déclancher une batille de Gulp en spray …

IMGP0398.JPG

 

IMGP0397.JPG


Le départ arrive enfin et on fonce avec pierro sur la zone que j’avais repérée, les deux Pike ne sont pas dehors mais je garde ma stratégie, buzzing spinner à fond dans les bordures.
Le temps passe et les équipe commencent à quitter la zone quand je prends un gros mou, je ferre comme une brute et bride le fish sans rien lui donner, et voilà un jolie Pike de presque 90 qui arrive au bateau.

img_6778.jpg


On part peser rapidement et on revient sur la zone qui bizarrement n’a pas été envahi par d’autres équipes.
On reprends espoirs et on se rends vite compte que le pattern est le bon mais la chance n’est toujours pas de notre côté puisque pierro enchaine trois décroche de bec maillés au bateau.
Il commence à perde patience et mes encouragements ne fond plus trop d’effets, le pierro est à deux doigt de briser toutes ces cannes.
On avance un peux et derrière le massif de nénuphars s’ouvre un chenal allant vers la bordure, le tout se terminant sur un magnifique petite touffe de jonc, il ne manque plus que la boite au lettre avec le nom du pike.
Je passe au javallon et vois un jolie bec de 90 se jeter dessus, il le loupe, je ré accélère avant de stopper net, et le fil se temps.
Je baisse la canne, tend le fil et ferre comme un âne mais le javallon déchiqueté passe à 2 cm de ma tête à mac 3, j’ai beau réessayé mais le pépère ne reviendra plus.
Plus loin, un beau bois mort caché dans les nénuphars m’interpelle, je pitch un jig et il s’accroche direct à la descente, je suggère à pierro d’y mettre un coup avant d’aller me décrocher et jolie black viens prendre le spinner.
Le figth au milieu des nénuphars est des plus délicats mais le pierro gère comme une bête, voilà le bébé, un jolie bass de 50 up !!!
On se congratule et le cri du soulagement retenti dans la hanse, on se rend vite compte qu’on aurait pu être plus discret, les équipes se rapprochent, on quitte donc la zone pour retourner sur l’entrée.
On repassant on vois un petit Pike chasser derrière nous dans l’herbier, les ablettes s’affole donc un peu plus et des petits bass se mettent en chasse, j’en prends un puis passe vite en mode buzz bait histoire de voir si tout se bordelle n’aurai pas réveillé un pépère.
3 lancés plus loin je me fais aspirer, je sanctionne d’un ferrage de barge et treuille le bass comme un sac au bateau.
Voici encore un keeper de près de 50 cm !!! On commence à y croire, je balance mon sumo frog à pierro, il lance en walking the dog dans les herbiers et bingo !!! Encore un bass de 50 cm, sauf que pour le coup pierro se retransforme en décroche boy !! (Ah les joies de la frog).
Il ne reste plus qu’une demi heure et j’insiste pour aller pêcher une super zone que je j’avais repéré, le vent souffle grave et on croise Tangus et JC sur la zone, on se met à 50 mètre de la berges, moi au spook comme un bourrin et pierro au spinner.
Il rentre encore un bec maillé et les quelques shorts bit ne nous permettrons pas de rentrer un quota.
On arrive à la pesé bien content d’avoir rejoins le milieu de tableau mais surtout fier d’avoir les plus gros bass de la compète.

IMGP0400.JPG

 

IMGP0403.JPG

 

IMGP0406.JPG


Après quelques séances photos, on part ranger le bateau avant de rejoindre la remise des prix, on pense être dans milieu de tableau mais la 10 ème équipe a déjà été appelé, voilà que les lorrains sont devant nous…
On pense d’abord avoir écopé encore d’une pénalité mais on est appelé sur le podium pour une belle seconde place avec 8kg 700 fais sur une seul manche, alors que les premier ont 10 kg et quelques.

download4.jpg


Juste derrière nous on retrouve Renaud Theis et son collègue Cyril (désolé pour l'erreur mais c'est rétabli) et le vainqueur n’est autre que Channy Calmels et son coéquipier. (Désolé les gars mais j’ai zappé vos noms ne m’en voulais pas, balancez moi un message je rectifierai).

IMGP0412.JPG


Pour le coup c’est le juge qui m’a pénalisé qui me remet la coupe, jolie geste de sa part et la compétition se termine dans la bonne humeur et le sourire.
En plus du podium qui qualifie les trois premiers pour l’élite séries, la première équipe BBF n’est autre que Alex et Pascal, de quoi bien se marrer en Italie.
Pour terminer tout le monde se disperse rapidement et je discute un peu avec les locaux avant de rejoindre le gîte pour un apéro, dodo avec les derniers rescapés.
Même si d’un point de vue organisation tout n’était pas top, je dois tout de même féliciter tout le monde pour cette compétition qui nous laissera à tous je pense de très bon souvenirs.
Merci également aux locaux pour leur bonne humeur et leur ouverture d’esprit et aussi à tous les compétiteurs.

09/10/2008

Session traversée de la France

Sa y’est nous y voilà, il est temps de prendre la route en vue du predator game qui a lieu à l’opposé de la France à Hourtin dans une semaine exactement.
Rendez vous est pris avec Stéphane et Seb sur un air d’autoroute, il est 22h30 et je commence déjà à fatiguer, sa tombe bien je suis seul dans la caisse et mon poste ne marche pas …
Pour résumer le trajet je dirai que j’ai bu 2 litres de café avec les fenêtres ouvertes pour pas m’endormir, en effet 14 h de route de nuit sa fais long, surtout quand le GPS de Stéphane est un GPS de la marque « Total ».
Peux après bordeaux à 40 km de l’arrivé je laisse place au GPS de Stef qui va transformer les 40 bornes restante en 136 km, sa c’est top !!!!
On arrive enfin au camping ou Numa nous attends, on se boit quelques bières au soleil et un dilemme se pose : « pêcher ou dormir, il faut choisir ».

IMGP0337.JPG

Je n’hésiterai pas une seconde, nous voilà partis en mode street fishing pour essayer de faire prendre à Stef son premier bass, après dix minute le Stef nous enchaîne une série de perche sur le pont en verticale style, la fatigue se fait sentir je crois.
On continue notre petite viré et Numa prend un bass et quand à moi je foire tout ce qui bouge et Seb passe en mode calbute pour mieux décrocher sa frog et pour le coup il ne fera que du bec au spinner.
IMGP0336.JPG

Un petit retour au gîte pour un apéro prolongé et nous voici repartis pour une session coup du soir en mode big bait mais rien n’y fera je resterai capot.
Un plat de pâte, des discussion à ne plus en finir, voici le programme de la soirée et malgré toute notre bonne volonté nous n’arriverons même pas à entamer le stock de nourriture liquide que chacun avais prévu.
Réveil 7 heures, départ 9 heures, mise à l’eau 10 heures …
L’efficacité est de mise, nous voilà parti pour un pré fishing de Hourtin, nous prenons la direction du haut du lac pour voir si du monde bouge sur les hauts fond, numa fais monter du petit Pike et quand à moi je prends rapidement mon premier bass au buzz bait, on se déplace rapidement et on tombe sur « The strike zone », en quelques lancé on va toucher du bass et faire monter deux jolie becs d’environs 80 cm.
download.jpg

On décide vite de délaisser cette zone afin de la laisser en stock pour la compète, je dépose le predator boy qui encore plein de truc à faire à la mise à l’eau et rejoins Stef et Seb.
Ils n’ont pas touchés grand chose et ils n’ont surtout pas encore pris de bass, je sors mon SK mini, balance entre les roseaux et « boom !!! » un jolie bass viens se prendre dedans.
IMGP0340.JPG

Les deux compères ont l’air déconfis, je les laisse donc tranquille et m’éloigne rapidement pour pré Fisher comme il se doit.
Les lancé se succèdent et je vois qu’il y’a pas mal de monde dans les roseaux, je passe un peu tout et n’importe quoi afin de voir un peu se qui les fait bouger le plus et me rend vite compte que le jig est de rigueur.
Je laisse tout les fish sans les prendre, compète oblige et succombe finalement à la tentation, je pitch mon jig dans les roseaux et voit un beau bec se jeter dessus comme un furieux !!!
Le ferrage est monumental et le treuillage digne de la balista (merci Loïc), sauf que les fish ici doivent se shooter aux amphétamines, j’ai beau treuiller comme un âne le bec repart inlassablement dans les roseaux.
Il fini quand même par se rendre, et je commence à comprendre se que pourrai être la pêche pour ce week end.
IMGP0344.JPG

Pour terminer la journée je vais défoncer les bass et ne pas ferrer tout les becs, chose qui va vite se retourner contre moi d’ailleurs.
IMGP0353.JPG

Un dernier petit tour sur une zone que je pensais prometteuse et je lève encore deux bass sympa.
IMGP0348.JPG

IMGP0350.JPG

La nuit tombe enfin et je rejoints les loulous qui ont pris un becs de 80, un second de 75 cm et que des pins mais toujours pas de bass !!!
Pour couronner le tout ils ont perdu l’hélice du moteur électrique au fond de l’eau, des leurres et Stéphane a même pété son pixi.
Pour finir, Seb insiste au cursor et prends un sandres sur la bordure avant de se foutre à nouveau en cale bute pour monter les bateau sur la remorque (ah les bons plans à Numa).
Heureusement pour moi j’avais mis à l’eau de l’autre côté, on se rejoins tous pour un petit resto sur le port et les quelques bières aurons vite fait de nous achever.
Dodos, départ à 7 h, sauf que Stephane ne veux pas se lever, il as du sûrement passer le reste de la nuit à rêver de sa meetiscienne ou de son futur premier bass ou de sa première meetiscienne tenant un bass, bref on prends la route pour Biscarosse vers 10 heures.
Arrivage vers 11h30, juste le temps que Numa me fasse couler un café pour me réveiller et nous voilà sur l’eau.
La mission aujourd’hui si vous l’accepter, prendre votre premier bass !!!
download2.jpg

4 lancé plus tard je met un jolie bass au bateau, au buzz bait pour pas changer, Stephane nous rejoins et c’est le drame !!!
Il perd l’équilibre (sûrement les effets de l’alcool qu’il ne boit pas), part en arrière et tombe sur sa TD mode, juste entre le moulinet et le premier anneau.
On se regarde avec Numa et là surprise, la canne est intact, c’est à n’y rien comprendre, cette canne Stephane proof, du solide quoi !!!
IMGP0356.JPG

Après cette séance de déconne nous sortons du port pour le laisser aux lorrains, histoire qu’ils se dépucelle du bass.
On met les gaz en direction des puits de forage, les vents redoublent et la houle se creuse, nous enregistrons quelques touches discrètes et malgré le sondeur qui affiche complet nous repartons pêcher les roseaux.
On verra des échos de malade et on prendra quelques perches mais rien de transcendants, les fish ont la gueule fermée.
Pour le coup on abandonne la pêche et on se dirige en direction d’un port pour passer voir le magasin de bateau, la traversé se transforme vite en séance de tape cul et de rince œil, le bateau vole dans les vague et la pompe de cale tourne plein pot (sa me rappel quelque chose).
Après une petite demi heure passé à discuter avec un ami creusois qui se trouvait là par hasard on reprend la route pour une séance de douche reloaded.
Arrivé au port, on refait quelques dérives, Stephane n’a toujours pas son premier bass et nous touchons perches et mini bass rapidement.
On termine la parti avec une séance de very long pitching de jig et je vais décrocher deux jolie fish alors que Numa rentre des baby bass devant Stephane et Seb.
Voilà la partis se termine, et Seb n’a apparemment pas envi de s’arrêter, il continu à pêcher du bord pendant qu’on sort les bateaux.
Un petit resto, ambiance grosse déconne dans un troquet à la hauteur de son nom (l’oncle SAM) avec mon père et sa copine et les lorrains reprennent la route pour Hourtin.
Quand à moi je passe la nuit chez Numa qui s’endormira avant même de finir son verre de sky et ceux au milieu d’une discussion sur la pêche off course (j’espère que tu t’endors pas toujours comme sa au milieu d’autres activités).
Je me réveil tranquillement vers 7 heures et pour cette fois les mains de Numa ne traîne pas sur mes couilles, en même temps on fait chambre séparé !!!
Je prends vite la route en direction de lacanus, pour une séance de Pike défoncing !!!!
A 40 km du lac je bip Stephane qui me dis se trouver plus qu’à 7 km.
Quand je rentre dans Lacanau j’aperçois Stephane qui arrive en même temps que moi, ah les joies du GPS Total !!!
Le vents est déjà bien installé, sa risque d’être tendu pour les lorrains, je met les gaz, vole dans tout les sens avant d’arrivée à l’abris, de l’autre côté du lac.
Je bip Stef pour lui dire de me rejoindre, et c’est là que la traversé infernale commence, il vole dans tout les sens et la pauvre roto moulé se rempli au fur et à mesure.
La pompe de cale tourne à plein régime (= Sébastien avec un gobelet), et le bouchon du bateau saute.
On passe de très près à côté d’un drame, mais ils finissent par arriver en zone abritée.
Dans l’action Seb a pété sa canne en refermant le coffre (t’avais qu’a acheter une TD mode, elle pête pas, demande à Stephane) mais il ne perde pas la motivation et commence a pêcher comme des furieux.
Entre temps j’ai eux l’ami Tangus, qui m’a conseillé un coin ou je me trouvais déjà, je commence par pêcher la cassure mais rien.
Je balance donc mon buzz au fond de la roselière, et bim, le premier Pike viens au bateau.
Je passe ensuite en mode Hight speed jigging dans les roseaux et lève rapidement 7 brochets maillés !!! Sa commence à sentir bon.
J’entends un bruit dans mon dos, et là surprise, un bec de quarante est en train de se taper un trip ablette et saute plusieurs fois hors de l’eau en direction de la roselière avant de se faire défoncer dans un bouillon de 2 m2 !!!!!!
Sur le moment je ne réagis pas et reste béa devant cette scène, je n’essayerai d’ailleurs pas d’insister, il faut que je cherche les autres pour leur raconter sa.
Je rejoins les lorrains mais la pêche n’a pas l’air aussi fructueuse pour eux que pour moi, au passage je dégomme encore un Pike devant leur nez (pour une fois c’est pas un bass) et leur montre rapidement la zone.
Les touches se calmes, les poissons sont apparemment sortis des roseaux, j’en profite pour me refaire une traversé infernales du lac pour récupérer l’ami Julius tamagotchi.
Je l’aperçois sur le parking debout sur son capot, je ne comprends pas trop sur le moment puis il m’explique enfin …
Le capots de sa caisse c’est ouvert en plein sur l’autoroute et il est venu se plaquer sur le part brise, heureusement il n’a rien, les bons esprits sont sûrement de notre côtés aujourd’hui.
On repart donc affronter la mer de lacanus (je vais d’ailleurs monter deux pompe de cale si je viens habiter dans le coin) et nous voilà sur la zone à jet ski.
Devant nous se dresse une soupe d’ablette de 200 m par 200 m, de la folie pur !!!
On reste donc sur cette zone, en se disant que si les perches rentrent sa risque de se transformer en chasse de malade …
Une heure plus tard à part le premier bass de la journée qui viendra loupé mon spook, et mini bec on crank on redescends sur terre et on se dis que les perches n’arriverons jamais.
Julius fais quand même une perche à la du trou style, et non 5 cm c’est pas maillé !!!
On part pour le sud du lac, pompe de cale à plein régime et on arrive à paradise land …
Une petite baie, avec des herbiers qui montent jusqu’à mètre de la surface avec des nénuphars et des bois mort, hum sa sent bon.
On attaque se paradis, un peu paumé au milieu des centaines de postes qu’il y’a devant nous, Julius décapote rapidement avec un bec qui viens sauvagement se prendre au bout de son spinner.
IMGP0358.JPG

Je vais louper quelques touches mais rien de bien transcendant, julien loupe ensuite un bec qui vient trois fois se jeter sur son spinner et un poisson apparaît …
Je pense d’abord qu’il s’agit d’un bec mais il n’en est rien c’est un MASTA bass qui viens nous saluer avant de redescendre dans son bois mort.
Dans les 30 secondes qui suivent un bass se met en chasse, il monte trois fois sur une perche qui prends la fuite dans les branches mais ce dernier, bien décider de la défoncer, attaque une ultime fois en éclatant les bois mort !!!
La pression retombe au fur et à mesure que le soleil plonge et un nuage menaçant nous pousse à prendre la route en direction du port.
En cours de route on se fait rincer comme pas possible, mais mère nature nous gratifiera quand même d’un magnifique spectacle pour nous récompenser.
IMGP0367.JPG

Julien repart vers bordeaux et moi en direction des gîtes, les lorrains sont rentrés pour pêcher du bord et Seb a apparemment pris son premier bass.
L’autre équipe HPA (l’ami Cyril et Vincent) viens d’arriver et celle de Channy aussi.
Démarre alors une magnifique soirée avec comme thématique, pêche, pêche, déconne et la meetiscienne de Stephane.
Vendredi c’est grâce mate, suivie d’un street d’anthologie sous la grêle et le vent, en attendant le reste des troupes.
Cyril fait un bass, quand à moi c’est short bite style et Vincent quand à lui se transforme en perruque boy !!!
S’en suivra, un apéro dans un bar carnavenir et une bouffe dans le seul restaurant voulant accueillir toute la troupe, une pizzeria servant des très bonne pizza à la pâte cartonnés le tout recouvert de plein de chose douteuse.
Mon fishing partenaire est lui aussi arrivé, après avoir roulé pendant 8 h non stop en sortant du boulot.
On se donne tous rendez vous à la taverne (notre gîte), et commence alors, à mon avis la compétition …
De quoi je sais pas, mais sa vous le serai bientôt …