Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2009

Ouverture time

Ayé sa c’est fait, on a enfin pu ressortir les bateaux sur les grands lacs et s’éclater un peu.
Pour ce qui et de l’ouverture on c’était donné rendez vous à Lacanau pour une session de deux jours entre potes.
Pour ce qui est de mon équipe avec thomas le premier jour fut morose pour moi puisque j’ai décapoté à 6h du soir avec un bec de 20 cm sur un big bait.
Thomas quand à lui a longtemps cherché avant de trouver un truc qui marche, et il finira la journée avec 8 becs correctes dont un jolie de 78 cm.

S5021497.JPG

 

S5021511.JPG


Pour ce qui est des autres équipage c’est un peu mitigé également, tout le monde a plus ou moins fait du fish mais rien d’exceptionnel à part l’ami Daniel qui cartonne et montre à tout le monde comment sa se passe.

sess avril hol09 018.jpg

 

sess avril hol09 031.jpg

 

PICT0038.JPG


Il prendra pas moins de 8 brochets je crois dont un de 1.05 m et deux perches de 44 et 46 cm.

S5021502.JPG


Après une courte nuit passées sur la banquette de la cuisine pour raison "de bruit de troçonneuse trop important" emis par notre predator chef, on fini enfin part mettre à l'eau à 11 heures.

PICT0057.JPG


Pour ma part je touche rapidement des brochets corrects dans les bordures au jig avec le new Vis shad molix et Thomas étant malade m’abandonnera en cours de journée.
L’équipe Tanguy / Louis et Mike / Numa quand a eux ont trouvé the spot et il défonce tout, Louis envoi une perche de 46 et un bec de 90 et Tanguy perd un bec de 10 kg et enchaîne d’autres jolies pièces maillés.

sess avril hol09 039.jpg

 

sess avril hol09 051.jpg

 

sess avril hol09 053.jpg


Pour ce qui est de Numa il prends un seul becs de 97.5 cm et Mike fais de la cueillette de poissons correct en mode AFCPL.

PICT0036.JPG


Pour ce qui est de l’équipe Greg / Etienne c’est un peu la soupe à la grimace, Greg assure sa pêche avec quelques fish maillé et Etienne fait un festival de loupé.

sess avril hol09 057.jpg

 

sess avril hol09 061.jpg

 

sess avril hol09 068.jpg


Après un petit casse croûte rapidos à la mise à l’eau on reprend la route, et pour le coup je récupère David et on fonce dans la hanse ou Tanguy a fait les fish.

sess avril hol09 045.jpg


Arrivé sur place c’est la mer et des dérive à mag deux  dans 80 cm d’eau, au bout de la première dérive on commence à se regarder avec David.
D’un comme un accord on décide de ne pas poursuivre cette pêche de merde mais c’était sans compter sur l’efficacité du varid qui se faire intercepter pas un jolie bec maillé.
Malgré tout on dégage pêcher les bordure au shad et au jig en texan à l’abris du vent.
On commence notre dérive le nez dans les bordure et le festival commence, tout les 10 lancés un becs sort et se jette dessus, malheureusement ces salopar viennent gueule fermé et même les attractant n’y ferons rien.
On finira la journée avec quelques fish chacun, avec malgré tout, un petit goût amer car niveau statistiques on devais frôler le ridicule avec un poissons pris pour 10 loupés !!!

Durant la semaine qui suit on sortira plusieurs fois avec ma chérie, Etienne et Greg.
Pour ce qui est de Lacanau les deux compères feront un joli carton de becs et de perches alors que moi et la miss on se contentera de quelques petits becs et un jolie bass de 2 kg sortie de nul part.

PICT0113.JPG

 

PICT0115.JPG

 

PICT0121.JPG

 

PICT0133.JPG

 

PICT0140.JPG


Petit Bémole, Etienne qui aura une vision d'horreur en voyant un jeune prendre un magnifique bass, sauf que le temps d'aller le voir et le pauvre avais déjà un couteau planté dans la nuque ...

PICT0088.JPG


Voilà encore un magnifique fish perdu par l'ignorance de ce jeune pêcheur qui ne savais même pas de quel fish il s'agissait, comme quoi on a encore pas mal de boulot en communication.
Voilà pour le petit encart bass et même si les bass n'était pas encore sur leur nid, on se rend compte qu'une ouverture à cette époque, sans aucune mesure de restriction est dangeureuse pour nos bass et nos sandres.
Alors si vous avez un peu de humanité, parlez en aux pêcheurs que vous rencontrez et surtout n'allez pas pêcher les nids car même si vous relâchez vos fish l'impact sur la fraies des bass fait presque autant de mal que le to kill.

Pour ce qui est de Cazaux la fête fut moins glorieuse, en effet dès notre arrivé à la mise à l’eau on vois vieux partir avec deux maxi perche dans une bourriche, juste de quoi nous mettre l’eau à la bouche.
Renseignement pris il s’avère que les fish rodent juste devant la mise à l’eau, on commence donc à peigner et un chasse se dessine.
Etienne lance, pendu !!! Mais le fish se décroche, on continu donc convaincu d’être sur la bonne zone.
On vois pas mal de fish bouger et en avançant un bec se barre juste devant nous, dans le même temps j’aperçois un sandre passer le long du boat.
La pression monte et on commence à prendre des maxis touchent mais rien n’arrive au bateau, on vois de plus en plus de brème et Etienne fini par ramener une écaille.
C’est là que notre rêve s’effondre, on viens de comprendre qu’on pêche depuis deux heure des brèmes qui fraies … no comment !!!
La suite de la journée va s’avérer chaotique, on fera rien bouger, à croire qu’on pêche sur la lune.
Après un long moment de désespoir on décide de retourner pêcher le nénuph de la mise à l’eau.
Je persiste et signe en pêchant en cranking shad avec les nouveaux Vis shad Molix.
Arrivé au milieu de nulle part je me fait sécher par une grosse touche, les coups de tête sont solides, mais ma TLC Carolina spécial aura raison du fish.
Dernier sondage sous la bateau et le fish arrive enfin, et à ma grande surprise il s’agit d’un zander de 3.5 kg !!!
Je tente d’abord un Gill grip et ce salop me bouffe les doigt, du coup j’opte pour la solution gripper.

PICT0099.JPG

 

PICT0103.JPG


Quelques photos et le coco repart à l’eau, le moral est revenu mais le vent souffle encore trop, du coup on fait une pause et Etienne par chercher des bières histoire de reprendre des forces.
Après une petite pause, on décide enfin de traverser le lac pour se mettre à l’abri, malgré le vent la quick navigue super bien.
On fini par se rendre compte que l’on navigue au beau milieu de la zone interdite, en sortant de celle-ci, heureusement que ces messieurs les soldats étaient occupé.
On trouve un petit canal et on décide de s’y engouffrer, on avance et on voit rapidement du fish quand soudain un bruit nous interpelle.
Il s’agit d’une bande de chèvre naine au milieu de nulle part, qui crapahute dans une zone balisée « terrain militaire ».
Ah bein oui je comprends mieux, je me disais bien qu’une base militaire sans chèvres sa existe pas.
Finalement je passe au buzz bait et la récompense se fait pas attendre, une fat perche sort de nul part et s’empare de mon buzz.

PICT0107.JPG


On aura beau insister mais la nuit tombe doucement et l’activité aussi, on décide donc d’en rester là.
Voili voilou la semaine se fini bien, en espérant que les poissons seront plus actif lors des compètes à venir.
A plus les gus !!!

17/04/2009

Session déflorage …

Je vous vois venir, et non il ne s’agit pas du récit d’une partie de jambe en l’air avec une jeune demoiselle qui n’aurait pas encore goutté aux joies du maniement de la gaule.
Nous avons enfin reçu notre dotation avec Arnaud et pour le coup je me retrouve avec un joli fagot de cannes toutes neuves qui ne demande qu’à treuiller du fish.
Je n’avais pas prévu de retourner pêcher avant l’ouverture, car la pêche à pieds commence à me sortir par les oreilles et en plus les bass ne devrais pas tarder à frayer.
Malgré tout après une magnifique journée passée à courir après une clé à bougie pour finir la révision de mon bateau, j’ai décidé d’aller faire un petit tour avec la miss.
A peine arrivé sur place, je m’arrête de suite pour tenter un bass en cours de route, en effet les spot est trop jolie il dois forcement y avoir un fish.
Je pitch vite fait mon jig pendant que la miss guète pour voir si le gardien n’est pas dans le coin, je commence à ramener à fond pour passer un herbier et je vois déjà un « V » se dessiner je laisse alors redescendre le jig, le fil se tend, je ferre !!!
C’est dans la boite, c’est pas gros mais sa fait plaisir de commencer comme sa.

PICT0016.JPG


On poursuit notre infiltration pour arriver sur le spot, ou j’avais il y’a peu, fait bouger du fish.
Je change mon montage pour passer en buzzing, histoire d’être sur de pas dé foncer un nid car même si les fish ne sont pas encore prêt, on est jamais à l’abris d’un couple un peu en avance.
Je pitch mon grub sur la strike zone et à peine tombé, je me fais aspirer, je tend le fil et ferre !!! Mais malgré les 7’’ de ma TLC, le fish se décroche sur le premier rush …
Voyant ça, la miss se décide enfin à pêcher, elle monte une bazirisky et commence à prospecter les herbier.
Pour ma part je continu sur la strike zone, quand un suiveur se manifeste, j’accélère pour passer un herbier et laisse retomber le grub derrière. Le bass fonce pour passer au dessus de l’herbier et s’empare du grub.
Le ferrage est immédiat et le combat peu équitable, je sort un petit bass bien énervé et tente une petite photos avant de le remettre à l’eau.
La miss quand à elle décroche sons premier fish malgré un ferrage digne d’une séquence de vidéos jap.
On change donc de canne, je prends la sammy spéciale et Hasiye s’empare de la « sanctionneuse ».
Elle refais monter un jolie fish et malgré la puissance du ferrage, le poisson va se décrocher.
L’adrénaline commence à monter, quand je me fais prendre au démarrage, et voilà la TLC sammy est elle aussi dépucelée.
Une petite photo de mon modèle micromachine et c’est repartie !!!
Deux lancés plus tard j’entends un gros gobage, je tourne la tête et vois le fil de la miss se tendre, elle baisse la scion des 7’’ de carbone, tends le fil, et envoi un maxi ferrage !!!
Le fish sonde et fonce vers elle, je la vois un peu paniquer en train d’essayer de récupérer le mou, le fish tente une chandelle, mais c’était sans compter sur un droppage dans les règles.
Le fish est au sec, il est magnifique, voilà que la miss me met la fessé avec un bass d’un bon 45 bien trempé.

PICT0018.JPG

 

PICT0024.JPG


La séance photo se transforme en épreuve de force, et oui qui a dis que porter un bass de 45 à bout de bras c’est pas du sport.
On arrive finalement à shooter une jolie photos et le maxi repart à l’eau.
Voilà pour ne pas changer la miss fait des sciènes en pêchant comme elle en a envi, comme quoi le tout c’est d’y croire.
L’heure tourne il va falloir se speeder, on passe donc à mac 2 sur les herbiers et la miss continu son festival de touche.
Finalement elle se fais prendre juste devant les pieds par un petit bass bien gras et vu qu’elle à compris les avantage du droppage, ce dernier n’a aucune chance.

PICT0027.JPG


Pour ma part je fini par me décider à mettre du bruit et passe en buzz bait power, au premier passage un bass monte devant moi.
Je repasse et rebelote, mais la raclure ne prends toujours pas, je m’écarte donc quelques mètres plus loin et retente ma chance.
Cette fois ci c’est la bonne, le bass crève la surface et le fil se tends, mais malheureusement c’est de nouveau un pin’s.

PICT0032.JPG


Finalement on s’arrête là, le contrat est rempli, les deux nouvelles Rod sont dépucellée avec pas moins de 6 bass en une heure de pêche.
Comme quoi les journées pourri ne se termine pas forcement comme elle ont commencées et c’est là qu’on se rends compte pourquoi on aime tant la pêche.
Voilà pour ce qui sera sûrement une de nos dernière sortie bass avant la trêve de la fraie, car même si les fish n’était pas encore prêt à frayer sur ce spot, sur certains autres ils ont déjà commencer à se faire enmerder par des pêcheur peu scrupuleux.

Ps: avis au chercheur de spot, j'ai un petit indice pour vous, c'est toujours pas bordeaux lac ...

13/04/2009

Session Pelin express

Jeudi matin comme convenu l’ami Tangus me phone pour me dire qu’ils passe me chercher pour aller faire un petit repérage sur des spots inconnu.
Après un rapide café « cul sec », on trace en direction de nulle part, sur la route on s’arrête dans un petit dépôt de pain histoire d’acheter des croissants de la veille tout rassis.
On arrive enfin sur les lieux et le brouillard se lève, les équipe sont vite formé Greg partira avec Gaël et moi avec Tangus.
Commence alors le « Pelin express », en deux heures on repère pas moins de 10 plans d’eau sur un magnifique parcours paumé au milieu de nulle part.
Au programme c’est traversé infernale de genêt (hum sa réveil surtout quand on est venu pêcher en jogging) et crapahutage entrecoupé de quelques lancé bien ciblé.
Notre session se transforme en running fishing et à part quelques carpes aucun bass ne se laisse voir.
On fini par rejoindre les deux autres zozos, qui pour leur part, ont repéré des gravière rebouchés, malgré tout monsieur Gaël prendra quand même sa perche de 42 dans un bois mort au jig.
Sur le dernier spot Greg fini par nous faire un bass de 35 entre deux commérage, voilà la fête est déjà fini il nous faut repartir en direction de la voiture, toujours à pied comme des clampin paumé au milieu du Phare west.
Retour à la maison et après une petite sieste je décide de rejoindre Arnaud et Mike pour un petit coup du soir.
Mike est à la bourre, mais pour une fois il a une bonne raison, on met donc à l’eau avec Arnaud et on commence à pêcher.
Au bout d’un quart d’heure je sort d’un bois avec mon jig et je sent une petite gratouille, je repose le jig, shake un coup et vois mon fil se barrer.
Je ferre comme un sac et le fish sonde comme un furieux, après un figth intense je tiens enfin un jolie bass, un fish d’environ 45 cm, gras comme un cochon.

modif2.jpg

 

PICT0057.JPG


Je tanne Arnaud pour qu’il vienne me shooter quelques tof et le temps qu’il vienne le bass aura fini de me bouffer mon pouce.
On reprends la prospection et on vois un fish bouger dans les bois, Arnaud balance un leurre en weightless, se dernier fait un gros remous et rien.
Entre temps un jolie bass monte en surface entre nos deux float, on se regarde et on comprends vite que y’a quelques chose à faire.
Arnaud envois un jig sous cette même branche et il ferre, le fish reste accroché dans la merde et Arnaud n’est pas assez rapide pour se décider à aller le chercher.
On vois le jolie bass d’environ 50 cm se débattre au bout d’une branche et le temps s’arrête pendant un cours instant avant que se dernier ne se décroche.
Mike arrive enfin tout énervé et il nous fait une traversé du plan à la « Yann Torp » en moins de 10 secondes.
Arnaud se met au crank et prend finalement un bass de 35 cm, le chambrage reprends de plus belle et Mike envoi un jolie ferrage après avoir annoncé le fish.
Le figth est sérieux et il sort finalement un jolie 48 cm pris au jig pour ne pas changer.

PICT0061.JPG


On shoot quelques photos et le monsieur repart à l’eau, sa commence à sentir bon pour notre petite session.
On change ensuite de spot et on commence à pêcher une berge bien moins intéressante, les fish sont sur un cassant et bien souvent c’est des maxi fish qui prenne sous le float tube, après un quart d’heure à papotter, Mike prends une touche et pan !!!! Casser au ferrage !!!
Ah sa rassure notre Mike à retrouver son modjo de chat noir et Arnaud et moi partons dans une crise de fou rire qui a due s’entendre jusqu’à l’autre bout de la France.
Je me remets au jig en voyants un magnifique poste, vous savez le genre de poste où il ne manque plus qu’une boite aux lettres devant avec marquer dessus « masta bass ».
Je pitch mon jig et me fais aspirer direct, je ferre mais malheureusement mon frein de combat s’ouvre et le temps que mes doigts polio atteigne la molette mon fish se décroche.
On le vois jumper un peu et pour pas changé c’était solide, un bon 48 pour sur.
Pour finir Mike reprends encore une touche en mode verticale jig (ah l’afcpl ce n’est pas que du plomb palette) il ferre tout doux pour pas casser et se fait emmener dans un figth de dingue.
Le poisson est mis au sec, encore un cousin visiblement puisqu’il fait environ 48 cm de nouveau.

PICT0075.JPG


La nuit tombe et avant de sortir je vais encore louper deux touche, les deux zozos continu leur papotage et nous voilà déjà repartis pour la maison la tête pleine de frustration de cette session bien trop courte.

Deux jour plus tard, Arnaud a prévu d’emmener un pote à lui sur le spot, puisque que je tourne en rond à la maison je décide de les rejoindre.
Arnaud a déjà pris une perche de 40 au crank mais à part sa rien ne c’est passé, on prospecte mais les touches sont rares, je fini par me faire arrêter sur la cassure et je ferre comme un âne, verdict, cassé !!!!
Ah merde voilà que Mike m’a filé sa poisse, plus tard on se dispatche et je commencer à rentrer quelques petits bass au souple mais pas un seul gros.
Puis finalement je me fais intercepter mon jig en bordure à l’impact, je ferre tout doux pour pas casser et commencer à treuiller la vache, ce dernier se décroche devant moi, ah la poisse !!!!
Dans le quart d’heure les deux autres compères enchaînent aussi des petit fish et je rejoins Arnaud pour insister sur « the berge ».
Arrivé sur le poste de l’avant-veille, Arnaud pause le jig, le fil part en travers et il ferre proprement avant de se faire maltraiter par le bass.
Verdict, 1,9 kg !! Jolie coup mon zizi, on fait quelques photos et le bébé repart rejoindre ses potos.

PICT0080.JPG


Thomas aura beau nous rejoindre en fin d’après midi plus rien d’intéressant ne se produira, on prendra encore quelques petits bass bien énervé mais les jolies resterons muet.
Voili voilou ce week end se termine et la fraie de nos copain approche tout doucement, on va bientôt pouvoir faire une pause d’un moi pour les laisser copuler tranquillement.
A plus les guss pour la prochaine session.

Ps : Avis à tous nos détracteurs, jaloux, langues de putes et mafieux en herbe.
Les bass n’ont pas étés pris à Bordeaux lac et les photos ont étés truquées dans le but de préserver nos spots, car tout le monde n’a pas la présence d’esprit d’arrêter de pêcher le bass pendant la fraie, certains même ne le pêche qu’à cette période…
Les esprits s’échauffe de plus en plus et si sa ne s’arrange pas nous serons obligés d’arrêter de publier des reports.
C’est déjà pas marrant de saboter de belles photos alors si dans l’avenir on dois publier des reports sans photos, pour se préserver des polémiques, je ne vois plus l’intérêt de continuer.
A bonne entendeur …

06/04/2009

Entre joie et frustration

C’est l’histoire de nos vies à nous autres petits pêcheurs, partagés entre la joie des coups réussis, des belles surprises et la frustration des loupés, des interdits, des aléas de la météo.
Pour ma part cette année à commencé avec cette sauces aigre douce : de grandes frustrations pour une grande joie.
Après des températures qui nous ont privés de la fermeture en janvier, il ne nous reste plus que le réservoir pour se défouler un peu avec franky. L’occase pour moi de retrouver un de mes grands fantasmes: le pré-spawn des brochets géants du réservoir des cigognes.

Mais ces poissons sont aussi une de mes grandes frustrations de pêcheur. Il faut s’imaginer, des étangs paradisiaques, des brochets atteignant de grande taille en temps record . Et l’obligation de pêcher ces poissons à la mouche. Pêcher le brochet à la mouche…ça m’a jamais dérangé, je peux même dire que j’aime ça sauf que là, ça pose un réel problème : ces poissons mangent des truites de 40cm et plus et clairement, ils ne regarderaient pas un streamer même comme cure dent.
Alors … oublie ça, sans compter l’implication physique que ça demande, la vitesse de prospection totalement inefficace et les présentations plus qu’approximatives, un vrai cauchemar.
Mais les résultats sur les truites étaient tellement peu satisfaisants en février que j’ai quand même craqué en fin de journée et après une demi-heure de martyr, le blocage bien sec en bordure.
Un beau poisson qui monte et qui se barre aussitôt avec beaucoup de force.

002.JPG


C’est seulement quand j’arrive à ramener le poisson après deux rush bien costauds de quelques mètres que l’on voit la mouche piquée à l’extérieur sur la joue du poisson. C’est drôle comme l’instinct animal peut prendre le dessus avec l’adrénaline : je ramène le poisson sur une pente douce et je lui saute dessus comme un sauvage pour le coincer entre mes genoux et enfourner ma main sous l’opercule pour lui faire la prise bien connue des samuraï et des vrais pêcheurs de brochets : le gill grip (chose qui jusque là, me foutait une pétoche pas possible).

007.JPG

 

011.JPG


Et voilà ce poisson dans mes mains, une belle demoiselle d’un petit mètre mais terriblement lourde. Je jubile, je sais que ce poisson là c’est du pur bol, c’est un cadeau, un cadeau de la gravière et des dieux de la pêche.



Bien sur on y est retournés, une journée sans voir un poisson puis la fois d’après c’était déjà trop tard, la fraie : le spectacle ou il n’ya qu’a regarder les brochets : des moyens, des beaux des gros, des énormes. Et maintenant c’est fini.

Et voilà, à l’année prochaine mes grands poissons !
Je reste convaincu que ces grands poissons sont intouchables à la mouche et ça me fait bien C…. Mais je veux bien me refaire mal pour des probas dignes du loto…

C’est qu’un poisson comme les autres mais celui là c’est autre chose c’était un rendez vous manqué depuis si longtemps.
Tant que ça me fait rêver…


Morkus